Comptoir des jardiniers

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

samedi 14 mai 2016

Accueillez des abeilles dans votre jardin

Un potager et un verger bien fréquentés par de nombreux insectes pollinisateurs, c'est la garantie de légumes et de fruits plus nombreux, plus gros et bien plus savoureux.

Lire la suite...

mardi 15 décembre 2015

La terre de diatomée contre les poux des poulaillers

Difficile d'imaginer élever des poules pondeuses ou autres volailles sans être tôt ou tard confronté à une spectaculaire invasion de poux des poulaillers. Ces minuscules insectes prolifèrent dans les poulaillers, et nuisent considérablement à la santé des volailles, sans compter les démangeaisons infligées à toute personne s'approchant des poulaillers. Essayez sans tarder la terre de diatomée non calcinée pour lutter naturellement contre les poux des voilailles et venir à bout des ces horribles petites bêtes ! Sans pesticides ni produits chimiques...

Lire la suite...

mardi 7 juillet 2015

Traitement bio contre la pyrale du buis

Les dégâts occasionnés par la pyrale du buis sont spectaculaires mais, pas de panique, appliqués à temps, les traitements biologiques au Bacillus Thuringiensis sont particulièrement efficaces !

1) Repérer les attaques de pyrale du buis:

.

La pyrale du buis est un papillon qui pond 200 à 300 œufs, 2 à 3 fois par an.
Ces œufs donnent naissance à de minuscules chenilles qui, par souci de discrétion, ne commencent à grignoter que la face inférieure des feuilles.

Leur présence se caractérise par des filaments blancs qui collent les feuilles entre elles pour constituer des abris dans lesquels les chenilles se cachent.
A ce stade, les chenilles mesurent moins d'un millimètre de diamètre et ne sont quasiment pas visibles à l’œil nu.
Elles grossissent ensuite rapidement et leurs dégâts se généralisent à tout le feuillage.

Une fois la taille maximum atteinte, les chenilles se transforment en chrysalides puis en papillons.
La boucle est bouclée, les papillons pondent leurs œufs qui vont éclore et ne manqueront pas de donner naissance à une nouvelle génération de chenilles...

Pour traiter efficacement les chenilles de la pyrale du buis, il convient donc de neutraliser la génération visible de chenilles mais également de surveiller l'éclosion des œufs qui sont en place.

Une surveillance des buis est indispensable tous les 2 à 3 mois pour repérer et traiter rapidement ces nouvelles générations de chenilles.

La sauvegarde des buis atteints dépend de leur degré de destruction par la pyrale. S'ils n'ont été que partiellement atteints, ils referont leur feuillage sans grandes difficultés. Par contre certains buis complétement ravagés par les chenilles ne pourront malheureusement pas reverdir.

Dans tous les cas laissez les en place, arrosez les jeunes sujets et fertilisez avec un engrais coup de fouet type sang séché pour favoriser le redémarrage.

Pour aller plus loin, vous pourrez consulter ce site particulièrement bien fourni sur les pyrales du buis:
http://www.insectes-net.fr/pyrale/pyrale2bis.htm

.

2) Traiter au Bacillus Thuringiensis.

Le Bacillus Thuringiensis est une bactérie prédatrice des chenilles de la Pyrale du buis (seule la variété Kurstaki du Bacillus Thuringiensis est efficace sur la pyrale).

L'insecticide bio se présente sous forme de poudre à diluer dans de l'eau avant utilisation, à la dose de 1 gramme par litre d'eau.

Le traitement doit être pulvérisé finement pour atteindre le maximum de feuillage.

Il est inutile de cibler directement les chenilles, celles qui seront atteintes par la pulvérisation seront rapidement détruites par le Bacillus.
La majorité des autres chenilles seront détruites lorsqu'elles consommerons le feuillage colonisé par cette bactérie. Ainsi, même les chenilles inaccessibles à la pulvérisation seront à un moment ou un autre contaminées et détruites.
Inutile donc de retraiter avant un délai de 7 à 10 jours car le Bacillus reste actif pendant cette période.

Inutile également en début d'infestation de traiter les parties hautes des buis. Limitez les premiers traitements à 2 mètres de hauteur sauf si vous remarquez une invasion plus généralisée des chenilles.

Vous trouverez sur le site Comptoir des Jardins cet insecticide biologique au Bacillus Thuringiensis en 50 g pour 50 litres de traitement et en 200 g pour 200 litres de traitement.
Cet insecticide se conserve 2 ans.

.

.

Bon jardinage à toutes et à tous

dimanche 8 février 2015

Comment faire germer vos plants de pomme de terre

Avant de mettre en place vos plants de pommes de terre, prenez le temps de les faire germer. Vous gagnerez plusieurs semaines de culture et vos pommes de terre seront bien plus vigoureuses.

Pour réussir cette petite manipulation, suivez simplement ces conseils et ces petites astuces:

1 - Soyez prévoyant. La germination nécessite 3 à 4 semaines. Prévoyez de vous procurer des plants de pomme de terre courant Février-Mars pour une mise en place au moins 3 semaines plus tard. Par contre les plants germés se conservent très longtemps (jusqu'à 3 mois dans de bonnes conditions)

2 - De la lumière, mais pas de soleil. Placez vos jeunes plants dans une zone bien éclairée, mais à l'abri du soleil direct. Étalez vos plants, sans les superposer, dans un endroit frais (8 - 15 °) et à l'abri du gel. Les germes obtenus seront courts et bien colorés en vert foncé. Les germes ne grandissent plus quand de petites feuilles apparaissent (photo ci-dessus).

3 - Au moment de la plantation, prenez soin de placer les germes vers le haut et manipulez-les avec soin pour ne pas les briser.


Petites astuces:

1 - Enlevez le germe appelé apical (photo ci-dessus) pour favoriser la productivité. Le germe apical se situe au sommet de la pomme de terre. S'il sort bien avant les autres et qu'il les empêche de se développer, n'hésitez pas à le supprimer.

2 - La plupart des variétés ne supportent pas plus d'un égermage complet. Si besoin, vous pouvez enlever les germes de vos pommes de terre une seule fois sans que cela ne nuise à leur productivité (le fait d'enlever le germe apical n'est pas considéré comme un égermage).

Dernière chose, essayez donc les "pommes de terre de Juillet" ! Ce n'est pas une variété de pommes de terre mais comme leur nom l'indique, les pommes de terre de Juillet sont plantées en Juin-Juillet.
Pour ma part, je mets en place des variétés précoces dés le mois de Mars pour avoir des pommes de terre nouvelles tout le printemps et je ne plante plus mes pommes de terre de conservation qu'en Juin Juillet. Ainsi, je récolte en octobre, après les grosses chaleurs, de belles et grosses patates que je remise dans un garage frais et qui se conservent parfaitement tout l'hiver !

Bon jardinage à toutes et à tous.


lundi 3 novembre 2014

Oignon, echalote et ail, les bulbes à planter en automne pour des récoltes précoces.

Les bulbilles d'oignons, d'échalotes et les caïeux d'ail peuvent se planter en fin d'automne dans les régions à climat doux.

Ces plantations précoces permettront de profiter très tôt des premières récoltes, mais surtout, elles favoriseront une croissance des oignons et échalotes avant les premières chaleurs, leur évitant ainsi d'être exposées au mildiou, oïdium et autres champignons pathogènes.

Comptoir des Jardins propose une gamme de bulbes à planter produits en agriculture raisonnée. Ces bulbes n'ont été traités au soufre et à la bouillie bordelaise qu'en cas d'extrême nécessité, mais ils n'ont reçu aucun traitement chimique, y compris pour leur conservation:

-

Échalote JERMOR. Une variété précoce pour des récoltes de printemps. D'excellente conservation, sa saveur est douce et délicatement parfumée.

-

Échalote MIKOR. Un goût authentique d’échalote ! Variété idéale pour la conservation et à la production remarquable.

-

Oignon Jaune paille des vertus: Une très ancienne variété devenue une vraie référence auprès des jardiniers pour ses qualités gustatives et sa productivité.

-

Oignon jaune Stuttgarter: Un oignon de Mulhouse, parfait pour toutes les utilisations en cuisine et pour une longue conservation.

-

Oignon rouge Red Baron: Un oignon frais au goût léger et légèrement sucré.

-

Oignon blanc Snowball: Idéal en salade, pour sa saveur fraiche et craquante.

-

Ail rose Flavor: Variété d'ail rose de printemps, sélectionné pour son excellente résistance aux maladies et sa très grande facilité de culture.

-

Bon jardinage à toutes et à tous...

jeudi 2 octobre 2014

Semences bio ou standard, c'est quoi la différence ?

Entre des petites graines de légumes cultivées en Bio et les mêmes produites en agriculture conventionnelle, il faut bien avouer que les différences physiques ne sont pas bien perceptibles !

Difficile en effet de percevoir la présence de pesticides ou d'engrais chimiques dans les graines ayant reçu ces traitements. Et contrairement à certaines croyances, il n'y a aucun risque que les plantes issues de ces graines ne contiennent à leur tour de pesticides du seul fait qu'elles proviennent de graines traitées.

Le seul risque de présence dangereuse de pesticides dans des semences vient surtout du traitement après récolte avec des produits chimiques pour lutter contre les insectes et les champignons durant le stockage.  C'est surtout vrai pour les bulbes d'oignons, ail, échalote et pour les tubercules de pomme de terre standard, ainsi que pour les graines enrobées (l'indication du traitement est d'ailleurs formellement obligatoire sur les emballages!)

Au delà du prix encore trop souvent élevé des graines Bio, la vraie différence entre semences Bio et semences standard est bien de savoir si, à titre personnel, nous choisissons d'encourager la culture Bio ou bien de continuer à favoriser l'usage de pesticides dont nous commençons à peine à percevoir toute la dangerosité. C'est bien un choix personnel, mais qui a des conséquences sur le bien être de tous !

Dans notre boutique Comptoir des Jardins nous avons choisi:

  • Ne jamais proposer à la vente de semences, bulbes ou tubercules ayant reçu un traitement après récolte.
  • Privilégier une offre Bio lorsque les conditions de prix et d'approvisionnement sont raisonnables pour nos clients.
  • Proposer une gamme de semences non certifiées Bio mais issue de producteurs pratiquant l'agriculture raisonnée (recours à des traitements naturels en priorité)
  • Réduire progressivement la gamme de semences non certifiées pour parvenir à une gamme 100% Bio, à un prix raisonnable et issues d'une production locale.

jeudi 17 juillet 2014

La boutique en ligne Comptoir des jardins reste ouverte tout l'été.

Durant tout l'été, vos produits naturels pour le jardinage sont disponibles sur notre boutique en ligne.

Profitez des promos "spéciales été" et de tarifs exceptionnels  24h/24 et 7jrs/7, vos commandes passées avant 12 h sont livrées le lendemain par notre transporteur partenaire GLS !

Nous vous souhaitons un très bel été.

Bon jardinage à toutes et à tous !

mercredi 11 juin 2014

Nouvelle gamme de purins: Ortie, Consoude, Prele et fougere.

La gamme de produits naturels pour la protection du jardin s'agrandit !

Nous avons longtemps hésité avant de vous proposer une véritable gamme de purins naturels. Nous avons effectué plusieurs essais et la qualité de fabrication de certaines marques et la capacité de conservation des purins ne nous donnait pas entièrement satisfaction.

Voilà enfin un fournisseur qui pratique une vraie fermentation contrôlée qui garantit une efficacité maxi de ses purins pendant une durée de conservation de plus d'un an.

Vous trouverez dorénavant dans notre boutique 4 purins concentrés et 100 % naturels:

  • Le purin d'orties, répulsif contre les insectes, fongicide et fortifiant des plantes.

.

  • Le purin de consoude, concentré en phosphore et potasse pour une fructification et une floraison maximales.

.

  • Le purin de prêle, riche en silice, pour protéger les plantes contre les maladies dues aux champignons.

.

.

Pourquoi les petites courgettes pourrissent ...

Il arrive très fréquemment que les premières courgettes de la saison se forment mal, jaunissent puis tombent. On dit alors que les courgettes avortent:


Un défaut de fécondation n'explique pas l'avortement lorsqu'il affecte des courgettes au grossissement déjà avancé.
Lorsque les courgettes commencent à se déformer alors qu'elles atteignent 10 cm, il s'agit d'une carence en potassium et magnésium.
Mais attention, carence ne veut pas forcément dire absence de ces éléments nutritifs dans le sol ! Une terre trop sèche ou des excès d'eau peuvent empêcher les racines de puiser le potassium et le magnésium.
Si elles sont carencées, les courgettes vont utiliser le potassium et le magnésium pour leur système racinaire et leur développement et ne le distribueront pas aux fruits qu'elles préfèrent sacrifier en cas de disette !

Pour avoir de jolies courgettes bien formées:

  • Pensez à fertiliser à la plantation avec un engrais organique de bonne qualité, riche en potassium, magnésium et soufre.
  • Arrosez régulièrement pour maintenir un sol humide. En cas de sol lourd, ne travaillez pas la terre trop finement pour permettre à l'eau de s'évacuer entre les mottes.
  • Enfin, acceptez que les pieds de courgettes sacrifient les premiers fruits en attendant qu'elles soient assez développées pour leur assurer une bonne nutrition.

.

.
Bon jardinage à toutes et à tous !

mardi 29 avril 2014

Réussir la plantation des plants de tomates en 4 étapes simples.

Une plantation soignée des tomates favorise leur résistance aux maladies et à la sécheresse.
C'est aussi la promesse de quelques récoltes spectaculaires...

Voici en quelques étapes toutes simples une méthode, toute personnelle, mais qui m'a donnée l'année dernière quelques fruits remarquables...



1ère étape:

Préparez le sol en profondeur et incorporez-y un engrais de fond bien équilibré, (l'engrais potager Bio Agro Sens 7-6-8 nourrit les plantes en douceur et améliore progressivement la fertilité des sols).
Éliminez les feuilles basses des plants achetés dans le commerce ou sortis de votre serre.


2ème étape:

Laissez tremper quelques minutes les plants dans une solution de stimulant racinaire BIO. Ce stimulant naturel neutralise tous les effets de stress subis par les plantes. Elles sentent avec leurs petites racines un environnement redevenu favorable et retrouvent leur dynamisme végétal.


3ème étape:

Creusez un trou de plantation très profond et installez y chaque plant, en l'inclinant si nécessaire, afin d'enterrer une grande partie de la tige.

L'objectif de cette plantation inclinée est d'enterrer la tige en profondeur car de nouvelles racines vont s'y développer. Ces nouvelles racines plus vigoureuses permettront aux tomates de mieux s'alimenter (Photo ci-dessous, le plant de gauche a été planté profondément).

4ème étape:

Attachez sans attendre les jeunes plants aux tuteurs que vous aurez préalablement installés. En effet, les jeunes plants végèteront tant qu'ils ne se sentiront pas solidement fixés. Une fois tuteurés, tige et feuillage s'épaissiront comme par magie.


Et voilà, les plantations sont terminées. Il existe bien sûr beaucoup d'autres méthodes de plantation mais celle ci a le mérite de la simplicité et de l'efficacité. Vous n'aurez plus ensuite qu'a respecter les quelques précautions suivantes:

  • Arrosez abondamment à la plantation puis plus du tout pendant 3 semaines pour forcer les racines à descendre profondément à la recherche de fraicheur.
  • Dans les régions sensibles au mildiou (chaleur et humidité), ne paillez pas vos tomates pour ne pas créer de zone humide favorable au développement du champignon. Préférez un arrosage au goutte à goutte qui laisse la surface de la terre sèche.
  • Arrosez les tomates adultes à intervalles réguliers en évitant d'alterner périodes de sècheresse et arrosages copieux, vous échapperez ainsi à la maladie du cul noir.
  • En cas d'alternance de périodes chaudes et humides, ou dès les 1ères apparitions de tâches brunes sur les feuilles, traitez préventivement contre le mildiou avec de la bouillie bordelaise Agro Sens, qui réduit très fortement les doses de cuivre nécessaires.

A vous de jouer... et bon jardinage à toutes et à tous !

dimanche 30 mars 2014

Jardiner avec la lune ... est ce bien utile ?


Les conseils de jardinage avec la lune envahissent depuis plusieurs années les sites, les blogs et les rayons des bibliothèques spécialisées.

Cette profusion pourrait laisser croire à elle seule que le jardinage avec la lune est une technique universellement acceptée et bien étayée scientifiquement.

Or la réalité est un peu différente, force est de constater que ces techniques ne peuvent s'appuyer sur aucune étude normalisée pour produire des résultats tangibles et incontestables.
Le jardinage avec la lune n'est pas une méthode unanimement reconnue. Elle doit surtout sa popularité à son ancrage dans les techniques d'agronomie humanistes, qui tendent à reconnecter l'humain à son environnement, pour le coup un petit peu élargi aux astres qui l'entourent.

Un peu d'histoire.

Le mouvement du jardinage avec la lune prend racine dans la relation que les êtres humains entretiennent depuis la nuit des temps avec cet astre mystérieux.
Dès le 16 ème siècle, des agronomes latins écrivent dans l'ouvrage La Maison Rustique:
" la mère nourrisse, la régente et gouvernante de toutes les humidités qui sont aux corps terrestres ". La sève des plantes étant de ces "humidités"
S'ensuivent ensuite ces recommandations:
" Pendant le croissant, il faut faire les plantations, il faut couper le bois de chauffage et tailler les vignes faibles. Pendant le décours, il faut tailler les arbres fruitiers, couper le bois d’œuvre et tailler les vignes vigoureuses. Quant aux herbes médicinales, il faut les semer à la nouvelle lune et les couper dans le croissant... "
Plus proche de nous, au début du 20 ème siècle, un courant de pensée et de spiritualité créé par Rudolph STEINER, visant à « restaurer le lien entre l’Homme et les mondes spirituels » donne naissance à la biodynamie.
En 1963, Maria THUN publie un recueil de conseils, se basant sur ses expérimentations personnelles sur l’influence de la lune. Malgré leur approche empirique, ces travaux sont à l’origine de tous les ouvrages actuels de jardinage qui préconisent de tenir compte de la lune pour jardiner.

Un tout petit peu de technique.

Essayons de faire simple, mais ça va quand même être un petit peu compliqué.
Le jardinage avec la lune est une question de rythme(s) et il en existe 5, qui ont tous une influence supposée sur la croissance des plantes:

  • Le rythme synodique, qui définit si la lune est croissante ou décroissante.
  • Le rythme sidéral, qui se calque sur les signes du zodiaque et qui définit les jours feuilles, fleurs, fruits et racines.
  • Le rythme tropique lunaire, pour savoir si la lune est dans sa phase ascendante (montante) ou descendante.
  • Le rythme anomalistique, on parle d'apogée quand la lune est le plus éloignée de la terre et de périgée quand elle en est le plus proche.
  • Le rythme draconitique, qui identifie les nœuds lunaires, jours néfastes à toute activité au jardin.

Ces rythmes se combinent parfois, s'annulent ou se complètent, pour donner de précieuses indications sur les périodes les plus ou moins favorables pour jardiner.
Devant tant de complexité, il ne faut plus s'étonner du succès des almanachs, sites et blogs qui interprètent  la combinaison de tous ces rythmes et les retraduisent en conseils, simplifiés mais à l'interprétation parfois discutable.

Conclusion.

La question que pose cet article est bien de savoir si le jardinage avec la lune est utile ou pas. Si la question de son efficacité n'a à ce jour pas été vraiment tranchée, rien ne vient prouver que cette méthode ne marche pas.
On peut donc en conclure que le jardinage avec la lune est peut être efficace, mais pour savoir si c'est vraiment utile, je vous recommande vivement de mettre en œuvre d'abord les conditions indispensables à une croissance harmonieuse des végétaux en culture biologique:

  1. Attachez vous à avoir un sol vivant, riche en humus et à la fertilité optimale.
  2. Assurez une bonne gestion de l'humidité des sols, car les éléments nutritifs ne sont pas disponibles en sol sec.
  3. Veillez à respecter les périodes de végétation, pour respecter les besoins en températures et ensoleillement.
  4. Favorisez la biodiversité pour diminuer les risques de ravageurs et de maladies.
  5. N'employez jamais de pesticides ni d'engrais chimiques pour ne pas réduire à néant tous vos efforts pour équilibrer votre jardin.


Une fois ces conditions mises en œuvre de manière optimale, vous aurez avec certitude des plantes superbes et en parfaite santé. Vous pourrez alors envisager de jardiner avec la lune pour avoir des plantes encore (un peu)  plus belles et (un peu) plus saines.

Bon jardinage à toutes et à tous.

Comptoir des jardins.

.

dimanche 16 février 2014

La cloque du pêcher, favorisée par les hivers doux et pluvieux.

Un hiver doux et pluvieux comme celui que nous connaissons actuellement n'est pas pour déplaire aux frileux de tous poils.
Incapable de résister aux hivers rigoureux, le champignon responsable de la cloque du pêcher n'espérait pas de conditions hivernales plus clémentes.
Il hiverne patiemment dans tous les petits recoins d'écorce et profite du moindre frémissement de végétation pour commencer son inexorable invasion.
Quand les premières feuilles se boursoufflent et se déforment, il est trop tard, l'invasion est généralisée, il ne reste plus qu'a couper les feuilles atteintes et espérer que les nouvelles pousses soient saines.



La protection la plus efficace contre ce champignon consiste à le neutraliser avec un fongicide à base de cuivre avant sa propagation.
L'impact du cuivre sur l'environnement n'étant pas neutre, choisissez impérativement un traitement à base d'hydroxyde cuivre, qui divise par 4 les doses de cuivre utilisées par rapport au sulfate de cuivre traditionnel.
Idéalement, on commencera par une application à l'automne à la chute des feuilles.
La seconde application doit avoir lieu en ce moment, au début du gonflement des bourgeons, et enfin une troisième quinze jours plus tard, au stade pointes vertes.
Ayez la main légère pour ne pas sur-doser inutilement en cuivre et pensez à incorporer une fumure biologique sur les zones traitées pour compenser l'impact bactéricide du cuivre. (Amendement Bio ou fertilisant organique).

Agro Sens vous propose une bouillie bordelaise à base d'hydroxyde de cuivre. Une formule professionnelle de cuivre liquide concentrée, conditionnée en formats adaptés (dosage contre la cloque du pêcher: 14 ml/litre).


Flacon de 60 ml.
Pour 4,2 litres de préparation contre la cloque du pêcher.



Bidon de 120 ml.
Pour 8,5 litres de préparation contre la cloque du pêcher.



Bidon de 500 ml.
Pour 35,7 litres de préparation contre la cloque du pêcher.

Bon jardinage à toutes et à tous !

jeudi 6 février 2014

Guide du potager naturel

Téléchargez gratuitement le guide Comptoir des Jardins du potager naturel.

Vous retrouverez dans ce petit guide l'essentiel à à savoir pour réussir un jardin potager 100 % naturel.
11 fiches pratiques y résument les aspects fondamentaux du jardinage naturel (fertilisation et amendement, rotation des cultures, plantes compagnes, maladies et traitements au potager bio, etc ...).
Simple et concis, il explique les bases de l'éco-jardinage et aborde les premières difficultés auxquelles sont confrontées les jardiniers amateurs.


Cliquez sur l'image ci-dessous pour télécharger le document (PDF)

jeudi 2 janvier 2014

Premiers travaux de Janvier

Travaux du mois:

Dès les premiers jours de Janvier, sans attendre la fin des gelées, semez en rangs, en lignes ou en poquets, des petites graines de joie, de bonheur et de santé !
Que cette belle année 2014 vous soit riche et fertile en petits et grands bonheurs.

Amicalement.

L'équipe de Comptoir des Jardins

mercredi 4 décembre 2013

Plants bio de pomme de terre bientôt disponibles

A partir du 1er Février 2014, une dizaine de variétés de plants de pommes de terre bio seront disponibles sur le site.

Ces plants bio seront proposés en clayette de 60 plants germés, de quoi réaliser entre 15 et 20 ml de rangée, soit de 60 à 100 kg de récolte.
Le conditionnement en clayettes permet de ranger correctement les plants, germes vers le haut, sans les abîmer.

Pour inaugurer cette nouvelle gamme, nous offrons un sachet de 800 g d'engrais organique bio pour chaque commande de clayette (Guanor 3-6-12).

Retrouvez dès à présent sur comptoir des jardins notre fiche de culture des pommes de terre au jardin bio et , à partir du 1er Février, nos plants de pomme de terre bio.

Bon jardinage à toutes et à tous.

.

mardi 8 octobre 2013

Les bulbes de narcisses, jacinthes, anémones et tulipes ... c'est maintenant !

Les bulbes d'automne sont arrivés !

Plantez les au plus tard à la mi-décembre pour profiter de leurs jolies floraisons printanières, au jardin ou sur votre balcon.

Bulbes de narcisses assorties.

Bulbes de Jacinthes en mélange.

Bulbes d'anémones doubles blanches et rouges.

Bulbes de tulipes basses Greigii (30 cm)

Bulbes de tulipes hautes Springfield (50 cm)

mercredi 28 août 2013

Les pierides du choux, de jolis papillons, mais des chenilles ravageuses !

Vous avez remarqué ces jolis papillons blancs qui fréquentent votre jardin depuis le mois de juillet ?

Vous avez peut être aussi remarqué qu'ils ont une préférence pour le coin de votre jardin où vous avez planté vos choux ?
C'est normal, ces papillons blancs sont des piérides du chou et, leur très réjouissant ballet champêtre autour de vos choux n'est en fait que leur voyage de noce.
Si vous n'y prenez garde, ces papillons inoffensifs vivront heureux et auront de très très très très très ... nombreux enfants:

Si vos choux commencent à présenter des feuilles délicatement dentelées:

Retournez les et vous découvrirez probablement des petites chenilles blotties les unes contre les autres. Soyez attentifs car au début ces chenilles bien que nombreuses sont vraiment minuscules.

Assez discrètes au début, il ne leur faut pas plus d'une semaine pour atteindre leur taille adulte. Elles peuvent ensuite, en 2 jours à peine, ne laisser d'un joli chou que les plus grosses nervures.

Pour lutter contre les chenilles de piérides, les punaises des choux sont de précieuses alliées. Elles en dévorent littéralement les œufs au fur et à mesure des pontes.

Mais en cas d'invasion importante, comme c'est le cas cette année, vous devrez peut être enlever à la main les chenilles issues des œufs rescapés. Si vous n'arrivez toujours pas à endiguer l'invasion, n'hésitez pas à utiliser un insecticide biologique spécial chenilles. Il s'agit d'une bactérie mortelle, le Bacillus Thurengiensis, qui n'agit que sur les chenilles et n'affecte aucun autre insecte:

Surveillez bien vos choux ! Et bon jardinage à toutes et à tous.

mardi 13 août 2013

Le mystère du cul noir des tomates

Tous les jardiniers sont un jour ou l'autre confrontés à cette drôle de maladie qui affecte les tomates. Pour ne plus rester démuni devant ses dégâts, parcourez ce petit billet et percez le mystère du "cul noir" des tomates...

Lire la suite...

vendredi 5 juillet 2013

Premières récoltes d'été

Après quelques ramassages ponctuels de radis et une récolte de petits pois noyée, voici les premières récoltes estivales de mon jardin bio.
De quoi retrouver le sourire après ce printemps de M...!$.ù::*£%µ !!!

Mes astuces... un petit peu de savoir faire (mais pas tant que ça), beaucoup de patience et surtout, des produits de bonne qualité:

Bon jardinage à toutes et à tous.

Artichauts violets de Provence

Betteraves rondes de Détroit

Blettes vertes à cardes jaunes

Carottes Nantaises améliorées III

Fleurs de courgettes vertes des maraîchers

Courgettes rondes de Nice

Fraises Gariguettes

Pommes de terre Ratte

Pommes de terre Rosabelle

Salades Sucrines

mardi 4 juin 2013

Grands maux et petits bobos de printemps au jardin bio.

Au jardin naturel, il y a toujours une solution à chaque problème, sans jamais utiliser ni pesticides ni engrais chimiques.

A titre d'exemple, voici les petits bobos et les grands maux que je rencontre dans mon jardin ce printemps, et comment je m'en débarrasse, tout naturellement !


Manque de chaleur et excès d'eau:


L’excès d'eau et les températures trop basses ont ralenti la pousse des tomates, courgettes et autres poivrons. Pour leur donner un coup de fouet, j'ai une technique personnelle, j'aère le sol en plantant une fourche à côté des racines puis en remuant un peu de gauche à droite. Cette action décompacte le sol et oxygène les micro organismes. Je fais ce geste tous les ans pour les petits pois qui adorent ce traitement, mais cette année,  je l'applique à toutes les plantes.

Mauvaises herbes:


Je ne suis pas un acharné du désherbage mais le retour du soleil sur une terre riche et humide fait germer des tapis de mauvaises herbes rapidement envahissantes.
Au potager, je désherbe à la main ou à la binette, un petit peu de temps en temps...
Dans la cour gravillonnée ou le long des murs, j'utilise du vinaigre blanc pur que je pulvérise sur les herbes à éliminer.
Pour en savoir plus, vous pouvez consulter les résultats assez édifiants de l'essai sur les désherbants naturels.



Pucerons:


A cette époque de l'année, ils envahissent les rosiers, les plantations de fèves, et plus généralement toutes les jeunes pousses. Le savon naturel est un produit efficace sur toutes les variétés de pucerons. Son effet est radical. J'en pulvérise dès leur apparition sur les plantes que je veux protéger.
Agro Sens propose une gamme de savon noir spécial pucerons en 250 ml, 500 ml et 1 litre.
Le savon noir est également efficace contre les cochenilles et les petites mouches blanches (aleurodes). En cas d'invasions difficiles à stopper, l'emploi d'un insecticide naturel à base pyrèthre végétal peut se révéler indispensable.


Doryphores:


Les doryphores ont commencé à envahir les feuilles de mes pommes de terre. Pour les éliminer, je passe une fois par jour dans les rangs pour les enlever, leurs rayures se repèrent très facilement sur les feuilles.
Il faut savoir que cette première génération de doryphores ne peut pas voler. Il sont arrivés sur mes pommes de terre à pied, en marchant, après être nés de larves qui hivernent dans le sol. Ces éclosions s'étalent sur quelques jours et les invasions cessent ensuite. Il existe un insecticide biologique, le Novodor, qui n'est efficace que sur les larves et qui ne se justifie qu'en cas d'invasions massives.


Si des adultes sont arrivés à pondre leurs œufs malgré votre vigilance, la plupart seront dévorés par des coccinelles adultes et des punaises. Vous pourrez enlever à la main les larves qui auront survécu et qui sont tout aussi faciles à repérer.











Limaces et escargots:


Un printemps aussi pluvieux est une bénédiction pour les limaces et escargots. Les adultes peuvent dévorer des semis complets et bien sûr accéder aux cultures en pots. Mes planches de mesclun ont été envahies de minuscules limaces qui rendent la salade difficile à nettoyer. Pour protéger toutes ces plantes j'utilise de l'anti limaces biologique à base de ferramol. On trouve ce produit sous la marque Agro Sens qui propose des sachets de 200 g, 375 g, 1 kg et 5 kg.




Mildiou:


C'est une des pires maladies qui peut affecter un jardin. Elle est favorisée par une atmosphère chaude et humide et je redoute que ce printemps pluvieux ne nous donne ce type de périodes à risque. Cette maladie ne se guérit pas quand elle est installée, et il est important de traiter préventivement. La bouillie bordelaise Agro Sens à base de cuivre liquide est plus efficace que le sulfate de cuivre traditionnel et elle est disponible en 60 ml, 120 ml et 500 ml.
Vous pouvez consulter la fiche sur l'utilisation du cuivre liquide pour mieux connaitre son mode d'action.



Chenilles:


Elles ne sont pas encore actives au potager mais leurs dégâts commencent à se voir sur les feuilles des pivoines (photo) et des rosiers. Pour débarrasser ces pauvres plantes de ces insatiables grignoteuses, j'utilise un insecticide biologique à base de Bacillus thurengiensis, efficace sur tous les types de chenilles.






Alternariose:


Cette maladie se manifeste par les tâches qui criblent les feuilles basses des pommes de terre. Elle n'est pas très grave et ne se transmet que rarement aux tubercules. Mes plants de Rosabelle et Ratte ne sont pas atteints. Seules les Bintje ont contracté cette maladie. En général, je me contente de surveiller cette maladie et je ne la traite à la bouillie bordelaise Agro Sens que si elle se propage dangereusement.





La cloque du pêcher:


Malheureusement il est trop tard pour intervenir sur les pêchers atteints par la cloque. Cette maladie n'est grave que dans quelques cas et il est généralement inutile de s'inquiéter. Les traitements à la bouillie bordelaise et cuivre liquide ne sont efficaces que s'ils sont appliqués à la chute des feuilles en automne et au gonflement des bourgeons au printemps. Inutile de traiter en dehors de ces périodes. Il faut enlever les feuilles atteintes pour laisser pousser de nouvelles feuilles saines, et prendre son mal en patience car la maladie disparait quand les températures atteignent 25 °.



Larves de l'hépiale:


Ce minuscule vers est une terreur. Il s'attaque de préférence aux jeunes plants de salade qu'il dévore depuis les racines. On remarque ses dégât quand les feuilles basses des petites salades commencent à s'affaisser, puis c'est la salade entière qui s'affale comme si elle manquait d'eau. Trop tard,le mal est fait. J'ai tout essayé et aucun traitement ni protections n'arrêtent cet Attila miniature. Essayez de le capturer en inspectant les racines des salades dévorées...
Aux premières chaleurs, ce vers se transforme en petit papillon qui délaisse les plants de salade. Ouf !





Mon ami le merle:

Et pour terminer, un petit clin d’œil à mon ami le merle qui suit attentivement tous mes travaux au jardin et qui m'aide en prélevant sa part de larves et de petits vers...

Voilà pour les problèmes rencontrés dans mon jardin ce printemps.

Je vous donne rendez vous prochainement pour une nouvelle rubrique sur les grands maux et les petits bobos "d'été" !

Bon jardinage nature à toutes et à tous...

- page 1 de 2